Bienfaits du serpolet

Sommaire

Également appelé pilloret, poleur, pouliet, serpoule, serpolette, thym sauvage, thym bâtard ou thym rouge, le serpolet est une petite herbe magnifique au parfum de citron. Elle dispose de propriétés médicinales remarquables pour protéger notre peau et nos intestins en purifiant le sang. Voici toutes les informations et conseils à connaître sur le serpolet !

Histoire du serpolet

D’après des données collectées au fil du temps, le serpolet est utilisé depuis l’Antiquité dans la médecine traditionnelle méditerranéenne pour ses propriétés antiseptiques. Les Grecs s’en servaient comme encens dans leurs temples. Le célèbre médecin et naturaliste grec Dioscoride le préconisait d’ailleurs comme un remède pour traiter de nombreux maux. Dans l'ancienne Égypte, il était utilisé pour la momification.

Au Moyen Âge, ce thym sauvage faisait office d’antidote efficace contre les animaux venimeux. Les soldats de l'Empire romain prenaient également un bain au serpolet avant les combats afin de bénéficier de ses vertus tonifiantes. Au XIe siècle, la religieuse et naturopathe Hildegarde recommandait cette herbe vivace pour soigner les démangeaisons cutanées.

De nos jours, le thym sauvage est très utilisé en phytothérapie et herboristerie pour ses multiples propriétés thérapeutiques. Il est apprécié aussi bien dans le jardin qu’en cuisine. Dans le jardin, il s’utilise en couvre-sol, notamment pour des talus, grâce à ses magnifiques petites fleurs roses ou violet foncé. On peut aussi le cultiver au potager pour éviter la pousse d'adventices et un désherbage trop fréquent. Par ailleurs, il apportera dans votre cuisine, des notes aromatiques de thym et de citron.

Botanique du serpolet

Le serpolet ou Thymus serpyllum en latin, est une plante rampante de la famille des lamiacées (du genre Thymus), tout comme le basilic. Il est très commun en France, et pousse sur les terrains arides, pauvres et assez calcaires ainsi que les coteaux ensoleillés.

Cette herbe vivace aromatique est un sous-arbrisseau tout comme la Calluna vulgaris (Callune), avec des tiges ascendantes et descendantes. Ses tiges, et le bord inférieur des feuilles sont velus. Son feuillage est persistant et ne tombe pas en hiver. Le feuillage du serpolet, contrairement à celui du thym, n’est jamais blanc et doux mais plutôt vert et large. Il peut avoir différentes tailles entre 5 et 15 cm de haut et porte de petites fleurs roses ou pourpres groupées en épis. Son parfum aromatique est chaud et puissant, comme le citron.

Dans son huile essentielle, le serpolet contient principalement :

  • peu de thymol et de cavarcrol ;
  • du cymol ;
  • du tanin ;
  • de la flavone ;
  • de la substance amère serpyllen.

Culture et entretien du serpolet

Le Thymus serpyllum fait partie des variétés d’herbes qui affectionnent les terrains secs et rocailleux, les sols calcaires, les prairies, les collines, les dunes et lieux ensoleillés tout comme le romarin et son cousin le thym. Cette espèce pousse dans un sol pauvre et sec : une terre trop riche ne lui convient pas, contrairement au basilic ou à la menthe par exemple. Cette plante s’adapte donc parfaitement au sud de la France et à un type de climat ensoleillé et pas trop pluvieux.

La plantation des graines (semis) se fait généralement de mars à juin. En mars, il est préférable de faire le semis sous abri, c’est-à-dire dans un godet ou en pot avant de le transplanter dans votre jardin à la fin du printemps. Lorsque le sol se réchauffe vers mi-mai, le semis peut se faire en pleine terre. Vous pourrez aussi acheter directement en jardinerie au printemps, un plant en godet pour le planter dans votre jardin, de préférence dans un endroit bien exposé au soleil.

Il est assez simple de cultiver cette espèce de thym dans son jardin. Il a besoin d’une bonne exposition au soleil et d’un sol peu humide. Si les graines sont semées en pleine terre, le sol doit être sol léger, drainé, caillouteux voire même pauvre. Il faut aussi espacer les plants ou les graines semées de 30 cm environ. Pour limiter l’humidité de la terre, vous pouvez placer des cailloux, des pierres ou des galets autour du plant. Si vous optez pour un semis des graines en pot ou dans un godet, veillez à ne pas laisser d'eau stagnante dans une soucoupe.

La récolte du serpolet se fait avant et après la floraison. Vous pouvez récolter régulièrement des tiges pour les consommer fraiches, ou bien les sécher et les garder en stock, à l'abri de l'humidité, pour les consommer plus tard. Lors de la récolte, faites en sorte de ne pas arracher les racines.

L'entretien du serpolet consiste en des tailles régulières pour qu’il conserve une belle silhouette. Deux tailles par an sont recommandées :

  • la 1re au mois de mars en coupant la plante de moitié ;
  • la 2e, après la floraison, afin de rabattre les tiges de fleurs fanées.

Les tailles régulières favorisent également la production de jeunes pousses. En dehors des tailles nécessaires, n’hésitez pas à nettoyer le pied du thym sauvage afin d’éviter la présence de mauvaises herbes. En hiver, il faut le protéger des gelées tardives en couvrant ces plantes aromatiques avec un paillis.

Bienfaits médicinaux du serpolet

Selon les données recueillies, les fleurs du serpolet présentent un intérêt thérapeutique grâce aux molécules d'huile essentielle qu'elles sécrètent. Il est donc :

  • tonique : il peut être utilisé comme anti-fatigue ;
  • purifiant du sang, il soigne l'acné, les éruptions cutanées, la peau eczémateuse et les neurodermites ;
  • antispasmodique ;
  • un antiseptique intestinal très utile dans les spasmes digestifs, les fermentations intestinales et les digestions lentes ;
  • antitussif ;
  • expectorant : pour cette raison, il entre dans la fabrication de diverses variétés de préparations pharmaceutiques en association à d'autres plantes, comme par exemple le sirop d'ipeca composé ;
  • anti-rhumatismal.

Le serpolet nettoie la peau et tout l'organisme en désintoxiquant le foie. Laissez infuser une petite quantité de feuilles « bio » et savourez. Son huile essentielle est utilisée en massage, en diffusion et même en interne. N’hésitez pas à demander l'avis de votre médecin avant usage.

Bon à savoir : On utilise aussi le serpolet en décoction pour le bain et en inhalation pour soigner le rhume. On peut l'associer à d'autres plantes pour préparer la fumigation (inhalation de vapeurs désinfectantes) comme le fenouil, la calluna vulgaris, la menthe, la menthe poivrée et le thym.

Il n’y a pas de contre-indications ou de précautions particulières à prendre concernant le serpolet. Il est toutefois recommandé de ne pas dépasser la dose quotidienne conseillée. Si vous souhaitez utiliser l’huile essentielle (bio de préférence) en interne, il est préférable de demander l’avis et les conseils d’un pharmacien. Si vous souffrez d’une maladie chronique, il est nécessaire de prendre l’avis de votre médecin.

Poudre ou onguent au serpolet ?

Au Moyen-Âge, Hildegarde de Bingen, première femme naturopathe et poète, donne des informations précieuses sur le thym sauvage. Elle écrit dans ses traités de médecine : « Celui dont le cerveau est faible, et en quelque sorte vide, pulvérisera du Thymus serpyllum et mélangera cette poudre avec de l'eau et de la fleur de farine, puis en confectionnera des gâteaux, qu'il mangera souvent, et son cerveau s'améliorera... ».

« Une personne dont la chair est sans force, de sorte qu'elle produit des éruptions et des croûtes, mangera souvent, cuit avec la viande ou les légumes, du serpolet, et la chair de son corps sera guérie et purifiée de l'intérieur. »

Il est possible aussi de saupoudrer les plats d’une petite quantité de serpolet bio chaque jour. Hildegarde, précise que manger des betteraves cuites avec du serpolet est excellent pour la peau.

Toujours selon les conseils d’Hildegarde, au mois de mai, et jusqu'en août, cueillez délicatement l'herbe de serpolet sans ses racines :

  • Coupez-la en petits morceaux et broyez-la.
  • Mélangez le jus obtenu avec du beurre de mai de préférence, car il possède des vertus uniques ou bien de la graisse de chèvre.

Conservez la pommade en stock au frais dans un pot durant quelques jours pour qu'elle ne rancisse pas. Ce produit soigne les maladies de peau (crevasses et peau sèche) et les croûtes de lait des bébés.

Utilisation du serpolet en cuisine

Le Thymus serpyllum est très apprécié en tisane ou en infusion pour son goût agréable. Pour préparer une tisane ou une infusion de ce type de thym, ce ne sont pas les graines qui sont utilisées, mais plutôt les feuilles. Prenez une petite quantité de feuilles séchées « bio » (1 cuillère à café) et faites bouillir à couvert dans environ 250 ml d’eau. Lorsque l'eau frémit, laissez infuser pendant 10 minutes puis filtrez. Ce breuvage peut être consommé 3 à 4 fois par jour.

Le serpolet est également utilisé dans différentes préparations culinaires du fait de son parfum aromatique. Les feuilles « bio », séchées et réduites en poudre s’utilisent dans les soupes, les ragoûts, les sauces et les marinades. Il accompagne parfaitement les grillades, les pizzas, les pâtes et autres plats en sauce. Il est également idéal pour la cuisson de toutes les variétés de légumes, viandes et poissons.

De plus, il entre dans la composition des célèbres « herbes de Provence », mélange de plantes aromatiques telles que le romarin, le basilic ou encore le thym. Il est aussi possible de mettre 1 à 2 gouttes d’huile essentielle bio de serpolet dans vos plats pour ajouter une touche provençale à votre cuisine.

Ces pros peuvent vous aider