Myrrhe : définition, propriétés médicinales, utilisation

Sommaire

Myrrhe gros plan

La myrrhe est utilisée en phytothérapie pour ses propriétés pour la santé.

Que contient la myrrhe ? Dans quels cas l'utiliser ? Quelles sont les contre-indications ? Petit guide sur les capacités curatives de la myrrhe.

Myrrhe : définition

La myrrhe est une gomme résineuse liquide qui se récolte à partir du tronc de l'arbre à myrrhe – appelé aussi tout simplement myrrhe (Commiphora molmol ou Commiphora myrrha) – dont elle s'écoule naturellement.

  • Une fois exposée à l'air, cette résine devient dure et forme de petits blocs odorants de gomme brun-rougeâtre pouvant peser jusqu'à 200 g.
  • Après distillation, ils permettent d'obtenir une huile essentielle épaisse, de teinte orangée et parfumée.

L'arbre à myrrhe est un arbuste aromatique ne dépassant pas trois mètres de haut. Il se développe principalement en Égypte, au Soudan, en Érythrée, en Somalie, en Éthiopie, dans le Sultanat d'Oman et au Yémen.

Quelles sont les propriétés de la myrrhe ?

La myrrhe présenterait les facultés suivantes :

  • expectorante, anti-infectieuse, fongicide ;
  • antivirale, aseptisante, cicatrisante, anti-inflammatoire ;
  • régulateur endocrinien, analgésique, antalgique, antiparasite (parasiticide).

Le pouvoir parasiticide de ce remède est particulièrement efficace contre l'ascaris, un ver rond d'une quarantaine de centimètres que l'on peut retrouver dans l'intestin grêle.

Bon à savoir : quelques cas d'inflammation cutanée et d'irritation ont été constatés suite à l'usage de ce remède. Il convient donc de toujours demander conseil à un pharmacien avant d'avoir recours à ce type de produit.

Utilisation de la myrrhe

Les Égyptiens utilisaient déjà le remède il y a près de quatre millénaires pour embaumer les défunts et composer un encens sacré, le kyphi.

Aujourd'hui, cette plante médicinale contribue à soulager bien des maux. Elle existe sous forme :

  • d'huile essentielle ;
  • de teinture-mère : la teinture-mère de myrrhe est mieux adaptée aux personnes présentant une sensibilité cutanée particulière.

Elle peut s’utiliser pour soulager ou traiter :

La plante n'a pas encore livré tous ses secrets. Des études scientifiques réalisées in vitro mais également sur certains animaux de laboratoire laissent penser qu’elle pourrait présenter des capacités :

  • anticancéreuses ;
  • antioxydantes ;
  • emménagogues (c'est-à-dire qui permettent d'activer le cycle menstruel).

D'autres recherches devront être menées pour en savoir plus.

Bon à savoir : L'emploi de la myrrhe par voie interne implique la consultation préalable d'un médecin, d'un aromathérapeute ou d'un pharmacien.

Myrrhe : effets indésirables et contre-indications

Comme tout produit actif, la myrrhe ne doit jamais s'utiliser à la légère. Des effets indésirables sont parfois constatés :

  • Chez des personnes à la peau sensible qui ont eu à déplorer des irritations cutanées.
  • En cas de prise égale ou supérieure à 2 g donnant lieu à des diarrhées ou à une irritation rénale.

D'autre part, la myrrhe est contre-indiquée chez :

  • La femme enceinte : la myrrhe aurait un effet abortif (provoque des avortements spontanés) du fait de sa capacité à stimuler l'utérus.
  • La femme allaitante : à ce jour, la totale innocuité de la myrrhe en cas d'allaitement n'a pas été confirmée.

Il n'existe à l'heure actuelle aucune interaction connue entre la myrrhe et des médicaments ou entre la myrrhe et des suppléments alimentaires à base de plantes. Pour autant, il vaut mieux se montrer prudent au moment d'associer traitement allopathique et produits de phytothérapie. Un avis médical s'impose.

Comment se servir de la myrrhe ?

Dans le cadre d’un traitement médicinal comme en aromathérapie, la myrrhe s’utilise de différentes manières en fonction du type d'affection à soigner, des vertus recherchées et des résultats souhaités.

Utilisation médicinale

Elle peut se faire de différentes manières :

  • En infusion : mélanger une cuillère à café de myrrhe en poudre dans 250 ml d’eau chaude et laisser infuser pendant 10 minutes. Boire 3 tasses de ce thé spécial par jour. Ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles de cette plante dans votre thé s’avère aussi très efficace.
  • En gargarisme : mélanger une cuillère à café de myrrhe en poudre dans 250 ml d’eau chaude et laisser infuser pendant 10 minutes. Faire 3 gargarismes par jour pour éliminer les infections de la bouche.
  • En cataplasme : prendre quelques cuillères à café de myrrhe à mélanger avec de l'eau chaude de sorte à obtenir une pâte épaisse. Tremper un coton ou une compresse dans cette pâte pour la recouvrir complètement. Appliquer la compresse directement sur la partie à traiter pour bénéficier des vertus de cette plante curative bio. Ce traitement est efficace pour soulager les courbatures et les douleurs des articulations.

Utilisation aromatique

En dehors de ces caractéristiques médicinales, la myrrhe présente aussi des capacités aromatiques. Grâce à son parfum balsamique et épicé, elle s’utilise :

  • En diffusion : quelques gouttes (5 à 10) d’huile essentielle de myrrhe dans un diffuseur d’arômes suffisent à apporter la fraîcheur et la relaxation nécessaire à votre environnement.
  • En massage : il vous suffit de mélanger 10 gouttes d’huiles essentielles de commiphora myrrha avec 10 gouttes d’huile végétale.
  • En bain : ajouter une dizaine de gouttes d’huile essentielle de myrrhe à l’eau du bain pour bénéficier de ses bienfaits sur la peau et sur le mental.

À vous de choisir la manière la plus pratique !

Bon à savoir : Le recours à la myrrhe ne doit pas être motivé par une mode ou une tendance du moment. Bien que cette plante biologique offre des bienfaits pour la santé physique et mentale, elle peut aussi présenter des effets indésirables. Assurez-vous de respecter les recommandations de dosage et de choisir un produit de qualité. Avec ces précautions, vous minimiserez les risques de réactions indésirables. Consultez des professionnels de la santé pour préserver votre bien-être.

En conclusion :

  • La myrrhe offre des propriétés diverses, de l'expectorant à l'antiviral, en passant par le régulateur endocrinien.
  • Son utilisation traditionnelle remonte à l'Égypte ancienne, où elle était employée dans des rituels funéraires. Elle reste aujourd'hui un remède polyvalent contre les irritations cutanées, l'eczéma ou encore les troubles buccaux.
  • Cependant, elle doit s’utiliser avec précaution en raison de possibles effets indésirables, notamment des irritations cutanées et des troubles gastro-intestinaux en cas de surdosage.
  • Les femmes enceintes et allaitantes devraient éviter son usage interne en raison de son potentiel abortif. Une consultation médicale est recommandée avant toute utilisation interne.
  • Que ce soit en infusion, gargarisme, cataplasme ou aromathérapie, elle offre une palette d'options pour bénéficier de ses bienfaits.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider