Feuille de ginkgo

Sommaire

La seule évocation du ginkgo biloba suscite l’idée de robustesse et de longévité. Cet arbre d’origine asiatique possède en effet de nombreuses vertus pour la santé. Relativement rare en France, ces arbres se rencontrent toutefois dans quelques parcs publics ou dans de grands jardins botaniques. Originaire de Chine, le ginkgo a été référencé comme le plus vieil arbre du monde, puisqu’il aurait devancé l’arrivée des dinosaures sur la terre !

Présentation du ginkgo

Véritable remède naturel utilisé depuis des milliers d’années dans la médecine traditionnelle asiatique, le ginkgo (ou ginko) est un arbre sacré, symbole de vie et de renouveau. Il est aussi le symbole du Yin et du Yang. Au Japon, sa feuille symbolise également la ville de Tokyo.

Arbre unique et immortel

Arbre aux 40 écus (ou aux milles écus), cette appellation imagée évoque la couleur or du feuillage du ginkgo à l’automne.

Le nom ginkgo provient du chinois ginkyo, ou abricotier d’argent. L’appellation biloba tire quant à elle, son origine de sa feuille qui possède deux lobes. Le terme biloba renvoie en effet à « bilobé », c'est-à-dire aux feuilles en forme d’éventail, découpées en deux lobes. Elles présentent un système de nervation unique.

Le ginkgo biloba est classé parmi les conifères en dépit de son caractère caduc. Il appartient à la famille du Ginkgoaceae dont il est le seul représentant. Cette espèce végétale, vieille de 270 millions d’années, a survécu grâce à des capacités d’adaptation tout à fait exceptionnelles. Cet arbre est capable de résister aux divers micro-organismes et pollutions. Il peut même résister aux températures extrêmes et au feu. En effet, si la température s’élève, il se gorge d’eau et son écorce se couvre d’un suc ignifuge. Il a par ailleurs été le seul végétal à survivre à la bombe atomique d'Hiroshima.

Le Ginkgo biloba pourrait même vivre plus de 2 000 ans ! Le premier ginko référencé en France a été planté dans le jardin botanique de Montpellier en 1778. Il a ensuite été bouturé pour en faire pousser un autre au Jardin des plantes de Paris. Les deux arbres existent encore à ce jour !

Plantes mâles et plantes femelles

Les ginkgos sont des plantes dioïques, c'est-à-dire qu’il existe des sujets mâles et des sujets femelles. Les sujets mâles portent des chatons de forme cylindrique et les femelles portent des ovules. Le système de reproduction de cet arbre est assez particulier, car les ovules de couleur jaune, semblables à des mirabelles, sont fécondés en-dehors de l'arbre, en général à partir de l'âge de 40 ans. Ce dernier ne développe ni fleurs ni fruits, ni même de véritable graine.

Le sujet femelle est rarement utilisé pour l’ornement d’un parc, car il produit un « fruit » significativement malodorant à maturité.

Au Japon, il est de coutume d’apprendre aux enfants à différencier les sujets mâle et femelle par l’observation des feuilles :

  • lorsque la césure des lobes est marquée (faisant ressembler la feuille à une culotte courte) il s’agit d’une plante mâle ;
  • lorsque la césure entre deux lobes est très effacée (faisant ressembler la feuille à une jupe), il s’agit d’une plante femelle.

Si pédagogique et imagée que soit cette méthode, elle n’est pas tout à fait fiable.

La différence entre les deux sexes réside surtout, outre la fructification, en un décalage de quelques jours lors de la chute du feuillage.

Feuilles de ginkgo : bienfaits avérés

Le ginkgo biloba possède de nombreuses vertus et, pour cette raison, entre très souvent dans la composition de traitements de phytothérapie et d’homéopathie. En Occident, ce sont les feuilles qui sont principalement utilisées tandis que certains pays d’Asie emploient également l’écorce et les fruits à des fins thérapeutiques.

Les vertus thérapeutiques des feuilles de ginkgo biloba ont été cliniquement confirmées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Coopération scientifique européenne en phytothérapie (ESCOP). En France, cet arbre est reconnu comme une plante médicinale et inscrit dans la liste de la Pharmacopée française.

Feuilles à l’état brut

Elles sont utilisées soit :

  • En décoction, elles permettent le soulagement des affections bronchiques et respiratoires. Asthme et bronchite sont ainsi apaisés. Elles possèdent en effet des vertus sédatives et expectorantes.
  • En cataplasme, elles contribuent à favoriser la cicatrisation des brûlures et érythèmes. Elles peuvent aider à la réparation cutanée dans le cas d’engelures.

Composé de produits phythothérapeutiques

Les feuilles de ginkgo entrent dans la composition de produits phyto et homéopathiques.

Sous la forme de gélules, de gouttes, de sirop, les extraits de feuilles de ginkgo possèdent des vertus reconnues en faveur d’une amélioration de la circulation sanguine (grâce à une teneur élevée en flavonoïdes), de stimulant de la mémoire et s’avèrent être un exceptionnel anti-inflammatoire.

On note donc parmi ses bienfaits :

  • amélioration de la circulation sanguine ;
  • prévient les caillots sanguins et donc indirectement les accidents cardio-vasculaires ;
  • lutte contre l'artériosclérose ;
  • améliore la convalescence après une thrombose ou un accident vasculaire cérébral ;
  • stimule les fonctions érectiles grâce à son caractère vasodilatateur ;
  • est efficace dans le cas d’hémorroïdes et de phlébite ;
  • stimulant de la mémoire ;
  • favorise la concentration ;
  • oxygène le cerveau, ralentit le déclin cognitif et lutte contre la démence (source : NCBI - National Center for Biotechnology Information) ;
  • anti-inflammatoire (il abaisse le taux élevé des marqueurs de l'inflammation dans le sérum sanguin) ;
  • recommandé pour les personnes souffrant de maladies rhumatismales et musculaires, comme l’arthrite ou l’arthrose ;
  • améliore la perte de l'odorat causée par la rhinite allergique (prendre pour cela une ampoule de 15 ml d'extrait fluide de feuilles de ginkgo) ;
  • atténue les acouphènes en raison de son effet vasodilatateur ;
  • soulage les migraines et céphalées en raison de son action sur l’insuffisance circulatoire cérébrale ;
  • combat les symptômes du trouble de l’anxiété généralisée (NCBI) chez des adultes (on obtient des résultats après un mois d'utilisation d’extraits normalisés de feuilles de ginkgo biloba) ;
  • protège les yeux car l’extrait normalisé de feuilles de ginkgo biloba améliore la vision des couleurs en cas de rétinopathie diabétique (NCBI) et ce même extrait permettrait de ralentir la détérioration de la vue chez les patients souffrant de glaucome (NCBI) ;
  • reconstitue les parois intestinales malmenées et répare les tissus des organes digestifs enflammés ;
  • enfin, il permet également de tonifier l’ensemble de l’organisme et de lutter contre la fatigue nerveuse et physique.

Bon à savoir : les feuilles de ginkgo, aux vertus avérées pour les fonctions cognitives, font l’objet d’études significatives sur l’action positive de leur utilisation dans les cas de maladie d’Alzheimer. Grâce à la préservation des cellules combinée à l’oxygénation des tissus, les feuilles de ginkgo sont un espoir pour améliorer le traitement des patients touchés par cette pathologie neuro-dégénérative.

Toutefois, pour la revue Prescrire, le ginkgo biloba, utilisé dans les troubles cognitifs des patients âgés, n’aurait pas d’efficacité démontrée au-delà de celle d’un placebo mais exposerait les patients à des hémorragies, des troubles digestifs ou cutanés, des convulsions et des réactions d’hypersensibilité (source : revue Prescrire n°365 p.181 et n°425 p.191-192).

Comment consommer le ginkgo biloba ?

Le ginkgo biloba est une plante qui se consomme sous différentes formes :

  • en infusion, en tisane ou en décoction. Pour ce faire, il faut faire infuser ou bouillir la feuille coupée bio fraîche ou sèche pendant une dizaine de minutes ;
  • en gélules ou en comprimés ;
  • en extraits aqueux, en ampoule ou en teinture mère, à diluer ;
  • en extraits secs (en poudre) à prendre directement ou mélangés à un laitage ou une compote ;
  • en suspension intégrale de plante fraîche (SIPF), un produit très concentré à dissoudre dans l’eau.

Pour une personne en bonne santé, il est préférable de consommer le ginkgo en infusion ou tisane douce (une cuillère à soupe de feuilles séchées infusées) à boire trois fois par jour. Il est préférable d’utiliser la feuille de ginkgo coupée bio.

Vous pouvez aussi l’utiliser comme complément alimentaire. Pour ce faire, il est recommandé de faire une cure de 8 à 12 semaines. La dose préconisée est de 60 mg par jour sous forme de gélules en 2 ou 3 prises.

Si vous souffrez de toux persistante ou d’asthme, il faudra faire une décoction à partir de 3 à 4 graines tirées de l’ovule, infusées dans 60 cl d’eau à boire 3 fois par jour. Si vous avez besoin d’un traitement contre les maladies cardiovasculaires, il est conseillé de préparer une tisane ou infusion de 40 à 60 g de feuilles dans 1 litre d’eau, à répartir en 3 prises par jour.

Pour bénéficier des bienfaits du ginkgo sur la circulation sanguine, en plus d’usage interne via une tisane par exemple, il est recommandé de l’utiliser en externe sur la peau. Pour ce faire, il suffit de préparer une infusion de 100 g de feuilles dans un litre d’eau et d’y tremper les mains et les pieds. Vous pouvez également y appliquer des compresses imbibées de cette préparation ou encore faire des cataplasmes de feuille bio coupée et broyée.

Pour les vertiges, les troubles de la mémoire, la dépression ou les problèmes articulaires, le ginkgo est généralement prescrit médicalement sous forme d’extraits standardisés, notamment en SIPF. Les doses recommandées étant différentes pour chacune de ces affections, il est primordial de demander l’avis d’un médecin ou d’un phytothérapeute avant toute prise. Pour le traitement de certains troubles, l’ingestion se fait en diluant la teinture mère (entre 30 et 60 gouttes, également 3 fois par jour, selon la prescription).

Bon à savoir : Les amandes des ovules grillées du ginko sont très appréciées lors des mariages en Chine et au Japon, mais elles doivent être consommées avec modération car elles sont toxiques pour certaines personnes.

Contre-indications, interactions et effets secondaires

Contre-indications

En l’absence d’étude clinique, les produits à base de ginkgo sont déconseillés aux femmes enceintes et allaitantes ainsi que chez les enfants. Sans avis médical, l’usage d’extraits de cet arbre est contre-indiqué chez les personnes hémophiles ou épileptiques.

Les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (fluidifiants du sang) ne doivent prendre aucun produit à base de ginkgo. Le risque de saignement spontané est très présent. Il en est de même pour ceux qui doivent subir une intervention chirurgicale. Il est recommandé de cesser la prise, 3 à 4 jours avant.

Effets secondaires du ginko biloba

Lors d’une supplémentation en ginko, il est important de respecter les doses recommandées ou prescrites. Les effets indésirables sont cependant assez limités notamment :

  • des maux de tête ;
  • des vertiges ;
  • de légers troubles digestifs (ballonnements, gaz, diarrhées, ....) ;
  • des réactions cutanées

Interactions avec d’autres substances

Les extraits de l’arbre aux 40 écus interagissent avec de nombreuses substances. Ainsi, ils augmentent potentiellement l’action de médicaments anticoagulants et fluidifiants sanguins comme l’aspirine et la warfarine. Il en de même pour les plantes aux propriétés anticoagulantes telles que l’ail, le saule blanc, le ginseng, la fève tonka, le kava, l’éleuthérocoque, etc.

Ils pourraient aussi faire baisser l’action des médicaments, notamment ceux :

  • contre reflux gastro-œsophagien (de type oméprazole);
  • contre l’hypertension artérielle ;
  • contre l’angine de poitrine (de type nifédipine);
  • diurétiques ;
  • antiépileptiques ;
  • antidiabétiques.

En cas de doute sur un médicament, il est recommandé de demander un avis médical avant de commencer une cure.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider