Phytothérapie : définition et origine

Sommaire

 

La phytothérapie est une médecine douce qui soigne avec les plantes

Qu'est-ce que la phytothérapie ? Comment s'en servir au mieux ? Ce sont souvent les questions qui nous viennent à l'esprit et qui nous permettent de définir cette thérapie, qui fait partie des médecines douces et peut-être employée aussi sous forme de compléments alimentaires ou associée à l'aromathérapie.

Phytothérapie : définition

La phytothérapie désigne l'usage que l'on peut faire des plantes sous différentes formes – infusions, décoctions, cataplasmes, macérations, etc. – dans un but thérapeutique – préventif ou curatif - mais également esthétique. En effet, les plantes que l'on trouve dans les produits de cosmétique naturelle bénéficient d'un engouement accru.

À l'origine de la phytothérapie, on trouve des disciplines telles que la botanique ou l'herboristerie.

Selon la partie de la plante utilisée (tige, feuille, fleur, racine...), la phytothérapie offre des effets différents.

Il est important de bien connaître les plantes et de savoir dans quel milieu – environnement, saison, etc. – les récolter pour optimiser leur utilisation lors des soins.

Les origines de la phytothérapie

Il est difficile de dater précisément à quand remonte l'usage des plantes car, de tout temps, l'homme s'est servi des plantes, et nos grands-mères avaient coutume de cueillir des « simples » (autre appellation des plantes) pour se soigner. On a tendance à distinguer :

  • Les plantes aromatiques et « alimentaires » : on y trouve des légumes et des plantes dont on se sert en infusion et que l'on utilise au quotidien, sans raison particulière, autre que se nourrir ou – dans le cas de certaines épices – donner du goût à nos plats, même si ces plantes ont toutefois des vertus thérapeutiques.
  • Les plantes médicinales : elles ont, quant à elles, des propriétés thérapeutiques et renferment un ou plusieurs principes actifs qui leur permettent de prévenir ou de guérir des maladies.

Certaines plantes étant toxiques et présentant des contre-indications, il vaudra mieux s'adresser à un herboriste pour acheter vos plantes si vous n'avez pas la connaissance suffisante.

À noter : un arrêté du 4 septembre 2020 comporte en annexe une liste d'espèces pouvant être toxiques en cas d'ingestion, entraîner une allergie respiratoire par le pollen, des réactions cutanéomuqueuses, ou une réaction cutanée anormale en cas de contact avec la peau et d'exposition au soleil (phytophotodermatose). Les distributeurs ou vendeurs de ces espèces susceptibles de porter atteinte à la santé humaine doivent une information préalable, visible et lisible, aux acquéreurs de ces végétaux.

Herboriste

Article

Lire l'article

Aujourd'hui, on peut dire que la médecine allopathique reconnaît de plus en plus le bien-fondé de certaines plantes : la barrière entre médecine et phytothérapie tend à disparaître.

Ces pros peuvent vous aider